Quantification de la charge d'entraînement

Présentation

Chaque sportif nécessite de s'entraîner et de se soumettre à des charges de travail afin d'être au meilleur niveau physique pour supporter la difficulté des épreuves qu'il rencontre.

L'accumulation de l'entraînement (kilomètres pour le cycliste, le marathonien, le nageur, ou charge pour la musculation, etc...) et le nombre d'heures effectuées ne reflète pas réellement la charge de travail (WE) réalisée et ne suffit pas à établir une quantification rationnelle de la charge d'entraînement.

La mauvaise gestion de l'entraîenement et de l'accumulation des charges peut augmenter les risques de surentraînement et donc nuire à l'athlète concerné en diminuant ses aptitudes physiques (fatigue). Il y a certains sports où il est difficil de quantifier rationnellement les WE.

Les modèles scientifiques pour qualifier WE ne prennent pas en compte le terrain d'entraînement (conditions climatiques, difficulté des parcours...), et la connaissance qu'a le sportif de son organisme (sensations, savoir gérer un effort en fonction du temps et de son état physiologique).
Ils sont donc difficiles à exploiter. Ces modèles assimilent l'athlète à un système ouvert dont les charges d'entraînement et les réponses biologiques de l'organisme sont reliées par des fonctions antagonistes permettant de déterminer le niveau de performance.

La charge d'entraînement

—› Définition

Selon Matveiv la charger d'entraînement représente l'activité fonctionnelle accrue de l'organisme induite par les activités de l'entraînement et en fonction de leur degré d'activité. Pour d'autres, tel que Banister , elle est la quantité d'entraînement absorbée par l'athlète.
La gestion de la charge de travail est indispensable car on sait qu'un stimulus peut avoir un effet inefficace s'il est trop faible ou un effet négatif s'il est trop fort.


—› Les facteurs déterminants de la charge

La charge est détermninée par les facteurs suivants:

• Le volume exprimé par la distance parcourue (en km) ou la durée (en heure)
• L'intensité peut être définie par la vitesse, la fréquence cardiaque (FC), le pourcentage de FC de réserve ou le pourcentage de VO2 max

• La densité est le rapport entre le temps de récupération et le temps d'effort (d="tps" effort / tps récup)

• La durée de la charge de travail

• La durée et la nature des phases de récupération

• La fréquence d'entraînement


—› L'intensité et les zones de travail

La charge d'entraînement correspond à un travail (W: exprimé en joules) effectuée à une certaine puissance (P: exprimée en watts) pendant un temps donné (t: exprimé en minutes) suivant la relation:


W = P x t


La puissance détermine l'intensité à laquelle l'entraînement est effectué.
Il y a 7 zones d'intensité distinctes qui ont été partagées dans l'échelle à partir de la puissance utilisée lors des différentes charges. Les entraînements sont décomposés à partir des différentes intensités d'exercice utilisées par le sportif.
En fonction du temps passé dans chaque zone d'intensité, il est possible de quantifier assez précisément la charge de travail de chaque séance.

Echelle d’estimation subjective de l‘intensité de l’exercice

Evolution de la puissance mécanique externe théorique moyenne arbitraireen fonction de l’échelle d’ESIE 


Toutes les intensités sont perçues par le cycliste grâce à un pulseur cardiaque et à l'aide de l'echelle d'ESIE (cf: tableau ci-dessus).
Le pulseur donne les plages de travail que l'athlète a mis en mémoire avec les temps f'efforts et de récupération correspondant aux differentes zones d'intensité.

Retour